26/04/2021

Spirit.jpg
IMG_0638.JPG


 
 
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Aubergenville, le 18 mai 2021
 
 

Attractivité économique
Une nouvelle locomotive pour le parc d’activités
des Chevries à Flins/Aubergenville

 
Raphaël Cognet, président de la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise et Carmen Robert, directrice générale déléguée de Spirit Entreprises, se félicitent de la signature officielle, ce mardi 18 mai, de la promesse de vente d’une parcelle de 5,6 hectares située sur le parc d’activités des Chevries, à Flins-sur-Seine/Aubergenville. Elle permettra à cet acteur majeur de l’immobilier d’entreprise de développer un projet innovant, créateur d’emplois et générateur de nouvelles ressources pour GPS&O.
 
Pour rebondir après la crise, la communauté urbaine pourra bientôt disposer d’un nouvel atout en faveur du développement économique avec le programme d’extension du parc d’activités économiques des Chevries, à Flins/Aubergenville. La consultation lancée en juillet 2020 par Grand Paris Seine & Oise pour la cession et l’aménagement d’une parcelle de 5,6 hectares a suscité les candidatures de pas moins de sept opérateurs-concepteurs, un chiffre qui confirme l’attractivité économique du territoire communautaire.
 
 
 
« Une opération emblématique »
C’est l’offre de Spirit Entreprises, le leader en Île-de-France de la filière, qui a été retenue pour mener à bien un projet d’immobilier économique visant à accueillir de nouvelles activités productives.
« Il s’agit d’une opération emblématique de la stratégie de renouvellement de notre offre foncière économique, souligne Raphaël Cognet, président de GPS&O. Elle correspond à nos attentes en termes de diversification et de complémentarité avec les activités présentes sur le territoire, de développement de projets innovants, de contribution à la réindustrialisation, de création d’emplois et d’augmentation de nos ressources par de nouvelles recettes fiscales. »
 
Un village d’entreprises industrielles de 23 300 m2
Spirit Entreprises va aménager sur ce site stratégique, à deux pas de l’échangeur de l’A13, un village d’entreprises industrielles de 23 300 m2 s’appuyant sur des bâtiments à la fois esthétiques, fonctionnels mais aussi modulables et réversibles. Cette souplesse permettra d’anticiper les évolutions urbanistiques et économiques tout en s’inscrivant dans une démarche écologique durable.
Les grandes lignes de l’opération sont les suivantes :
·         Un village d’entreprises industrielles de 23 300m² de surface de plancher conçu dans une logique de parcours résidentiel ;
·         Un projet qui propose 2 types de produits immobiliers :
Ø  9 cellules de 375 m² dédiées aux demandes locales des PME / PMI ;
Ø  4 cellules de 2 000 m² correspondant aux attentes de grands groupes ;
·         Une enveloppe évolutive : les 9 cellules industrielles peuvent se tertiariser à la demande et augmenter leur surface de plancher ; les 4 grandes cellules peuvent être reliées entre elles par des sas dont la conception est intégrée ;
·         Un pôle services comprenant un espace de coworking, une conciergerie digitale et de la restauration.
 
Création de près de 400 emplois
La promesse de vente désormais signée, les permis de construire vont pouvoir être déposés avant la commercialisation dans un délai de quelques mois. Cette réalisation devrait permettre, à terme, la création de près de quatre cents emplois.
L’extension du parc d’activités des Chevries s’inscrit dans une démarche globale de redynamisation des pôles économiques du territoire. Une réflexion est en cours sur trois secteurs susceptibles de se développer : Buchelay, Limay (Hauts Reposoirs) et Les Mureaux.
 
 
 
 
Des objectifs environnementaux ambitieux
Outre l’intégration paysagère avec des partis pris architecturaux évoquant les villages environnants, le projet de Spirit Entreprises respecte les critères de développement durable. Il prévoit des panneaux photovoltaïques et autres équipements de performance énergétique, des places de stationnement et des toitures végétalisées, une gestion durable des eaux de pluie, des cheminements piétons séparés des flux automobiles… Au total, quelque 20 000m² d’espaces verts sont prévus.
Le programme de Spirit Entreprise vise une certification BREEAM, une méthode d’évaluation de la performance environnementale d’un bâtiment et l’obtention des labels Biodiversity et bâtiment biosourcé pour le bâtiment de services. Un écologue sera missionné pour réaliser un diagnostic du site afin d’établir un cahier des charges destiné à préserver la biodiversité sur la parcelle avec, par exemple, l’intégration d’hôtels à insectes, de nichoirs à oiseaux ou de ruches…
Enfin, les déplacements respectueux de l’environnement seront encouragés : développement du covoiturage, parking vélo, bornes de recharge électrique.
Carmen Robert, directrice générale déléguée de Spirit Entreprises précise : « Spirit Entreprises est un précurseur en matière d’écologie, nous sommes le premier promoteur national à avoir obtenu une certification pour un bâtiment d’activités. Nous avons à cœur de concevoir des opérations qui contribuent à l’attractivité des territoires tout en prenant en compte les différents enjeux du développement durable. Cette opération est la parfaite illustration de la démarche que nous systématisons sur l’ensemble de nos projets ».
 
CONTACTS PRESSE
Spirit Entreprises : Amandine Padovani (responsable communication) : 07 76 58 10 19 - apadovani@spirit.net
GPS&O : Xavier Tondi : - 06 60 44 98 75 - xavier.tondi@gpseo.fr
 
 
À propos de la communauté urbaine
Grand Paris Seine & Oise, la plus importante communauté urbaine de France, s’étend sur 500 km² et compte plus de 408 000 habitants répartis dans 73 communes. Ce territoire est l'un des maillons stratégiques aux portes du Grand Paris, au cœur des grands projets de la vallée de la Seine. Aéronautique, automobile, agriculture, facture instrumentale… font de ce territoire un laboratoire d’innovations. La communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise gère plusieurs compétences structurantes : mobilité et déplacements, développement économique, aménagement, habitat, voirie, culture, sport, environnement, déchets, eau et assainissement.
 
À propos de spirit entreprises, leader des parcs d’activités en France
SPIRIT Entreprises est la filiale du groupe SPIRIT spécialisée en immobilier d’entreprise, et plus particulièrement dans les parcs d’activités. Pour répondre à chaque stratégie d’entreprise, SPIRIT Entreprises intervient dans tous les segments de ce secteur : réalisation d’immeubles de bureaux, de parcs d’activités et de bâtiments industriels clés en main. SPIRIT Entreprises compte 25 opérations actuellement en cours de commercialisation en Île-de-France, plus de 60 parcs d’activités et 100 clés en main réalisés.

Budget.jpg

COMMUNIQUÉ
DE PRESSE
Aubergenville, le 15 avril 2021


CONSEIL COMMUNAUTAIRE

JEUDI 15 AVRIL – AUBERGENVILLE
 
Budget : GPS&O se recentre sur ses priorités


Adopté à une nette majorité ce jeudi 15 avril, le budget 2021 de la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise s’inscrit dans un contexte économique contraint, accentué par la crise sanitaire. Si l’heure est aux économies, des financements à la hauteur des enjeux restent programmés en faveur des projets prioritaires de GPS&O : l’accompagnement de l’arrivée d’Eole et le renouvellement urbain d’abord, la transition écologique et les mobilités durables ensuite.
 
Programmer des dépenses en adéquation avec les capacités financières réelles, c’est désormais le mot d’ordre au sein de la communauté urbaine. Cette stratégie se traduit par un budget de transition, réaliste et maîtrisé adopté ce jeudi 15 avril (123 voix pour, 6 voix contre et 6 abstentions). Il traduit d’un réel effort de maîtrise des dépenses dans tous les domaines pour améliorer les ratios financiers de la communauté urbaine.
« C’est un budget parfaitement transparent dont la clarté a été saluée lors du rapport d’orientation budgétaire, observe Raphaël Cognet, président de GPS&O. C’est aussi un exercice courageux car il a fallu faire des choix. Nous avons calibré nos dépenses non pas en fonction de ce que nous voulions faire mais de ce que nous pouvions faire, tout en tenant compte de nos priorités. Nous devrons poursuivre ces efforts pour ne pas obérer l’avenir. »
 
Des investissements recentrés
Le budget consacré à l’investissement est estimé à 91 M€, dont 52,8M€ dédiés aux projets prioritaires du territoire. Ces derniers se concentrent principalement autour des quatre axes :
·         Eole
7,5 M€ de dépenses (1,8 M€ de recettes dont 350 000 € du Département des Yvelines) portant notamment sur l’aménagement de neuf pôles d’échanges multimodaux dans les gares desservies par la future ligne RER E et la structuration des quartiers de gare.
En matière de mobilité, le développement d’une offre de transports collectifs en site propre, avec une première étape entre Mantes-la-Jolie et Rosny-sur-Seine, est également retenu. Une somme d’1,4 M€ est également engagée pour l’accessibilité du réseau de bus.
·         Renouvellement urbain
6,7 M€ de dépenses (2,7 M€ de recettes dont 2,1 M€ du Département des Yvelines) pour la création et/ou la rénovation de voiries et d’espaces publics, la conception des projets urbains, la réhabilitation et/ou reconstruction de l’habitat existant, l’accompagnement à la remise en état des copropriétés dégradées… Un enjeu important car sept communes sont concernées par des opérations de renouvellement urbain et près d’un habitant sur six du territoire vit dans un des douze quartiers prioritaires de la politique de la ville.
•        Pratique du vélo
2,5 M€ de dépenses dont 0,9 M€ pour le plan vélo (aménagement ou rénovation d’itinéraires cyclables) et 0,2 M€ pour le stationnement vélo.
•        Gestion des espaces publics
24,9 M€ d’investissements (11,4 M€ de recettes) en faveur de travaux d’aménagement de voirie, entretien et renouvellement de voirie et équipements associés, éclairage public / signalétique.
  
Les autres priorités retenues
Par ailleurs, cinq autres secteurs bénéficieront d’investissements importants :
•        Culture : 800 000 € destinés à l’entretien des huit équipements culturels ;
•        Développement économique : 2 M€ de dépenses pour l’acquisition foncière de terrains pour l’implantation de futures entreprises et l’abondement du Fonds résilience de la région Ile-de-France ;
•        Gestion des déchets 4 M€ (1,1 M€ de fourniture de bacs ; 1,9 M€ d’installation de points d’apport volontaire enterrés ; 600 000 € de travaux concernant les déchèteries ; 400 000 € de dépenses diverses ;
•        Sports : 3,2 M€ pour l’entretien des onze piscines, de la patinoire, du stade nautique et du site de la Butte Verte ;
•        Habitat : 3,2 M€ de dépenses pour les plans de sauvegarde du Val Fourré, le plan « Habiter mieux », les travaux dans les aires d’accueil des gens du voyage à Buchelay et Vernouillet.
Enfin, dans ce contexte de maîtrise des dépenses d’investissement, plusieurs projets sont décalés et ne sont pas inscrits au budget 2021 parmi lesquels : la déchèterie des Mureaux, le théâtre de la Nacelle à Aubergenville, le musée Le Corbusier à Poissy, le stade nautique à Mantes-la-Jolie.
Parallèlement, la Communauté urbaine prévoit de bénéficier grâce à ses partenaires (Etat, Département Région, Europe) de subventions d’investissement supplémentaires. Ces dernières représentent de manière prévisionnelle près de 33,2 % des recettes réelles d’investissement évaluées à 63,4 M€.
 
 
Des dépenses de fonctionnement mieux maîtrisées
En section de fonctionnement, les recettes réelles diminuent. Elles passent à 263,8 M€ en 2021 contre 267,9 M€ en 2020, soit une baisse de 4,1 M€ (- 1,5%). Alors qu’elles représentaient 640 € par habitant en 2019, elles se limitent désormais à 625 € par habitant.
Les principales ressources sont :
·         La fiscalité des entreprises (83,7 M€). La crise sanitaire a un impact sur les recettes fiscales au regard de la diminution de la valeur ajoutée produite sur le territoire et des fermetures d’entreprises. En 2021, les pertes sont estimées à près de 5 M€
·         La fiscalité des ménages (58,9 M€) composée principalement de la taxe d’habitation (58,5 M€) ;
·         La fiscalité des déchets (42,4 M€) ;
·         Les dotations de compensation (26,8 M€)
Dans le même temps, la dotation globale de fonctionnement (DGF) poursuit sa diminution avec 42,2 M€ en 2021 contre 42,7 M€ en 2020 (- 1,3 %).
Pour équilibrer la situation, la maîtrise des dépenses de fonctionnement est nécessaire, notamment en ce qui concerne les charges à caractère général plafonnées à 91 M€, tout comme les dépenses de personnel limitées à 48,8 M€.
Enfin, les subventions aux associations s’élèvent à 3,5 M€ en 2021.
 
Des efforts à poursuivre
Dans ce contexte, la communauté urbaine va élaborer un programme pluriannuel d’investissement 2022-2026 au cours de de l’automne 2021 pour clarifier sa stratégie d’investissement.
 
Les chiffres-clés du budget
·         Fonctionnement : 263,8 M€
·         Investissement : 91 M€
·         Autofinancement prévisionnel : + 3,5 M€ en brut et un - 5,4 M€ en net
·          Emprunt nouveau : 0 €
 
 
 
 
Contact presse : Xavier Tondi – xavier.tondi@gpseo.fr - 06 60 44 98 75
  
 
 
À propos de la communauté urbaine
Grand Paris Seine & Oise, la plus importante communauté urbaine de France, s’étend sur 500 km² et compte plus de 410 000 habitants répartis dans 73 communes. Maillon stratégique aux portes du Grand Paris, La communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise gère plusieurs compétences structurantes : mobilités, développement économique, aménagement, habitat, voirie, culture, sport, transition écologique.